citationlivrebéa

S'il existait une échelle inventée pour "graduer" sur 10 mon moral, je le situerais honnêtement ce soir à 4 !!! Avec un vague sentiment de raz-le-bol !... J'en ai un peu marre de ceux qui, dans un passé encore trop récent, se permettaient de me juger comme s'ils me connaissaient complètement. Mais qui peut se vanter de vraiment tout connaître de ses "proches" ?

J'ai grandi dans une apparence de famille, où les secrets, les tabous et le silence étaient de mise. Paradoxalement, ma génitrice faisait partie de ces gens qui croient tout deviner et savoir de leurs enfants. En fait elle n'a jamais vraiment essayé de vraiment me connaître, tant elle était assise sur ses certitudes. Tu parles, Charles !!!!

Ce qui n'était au début qu'un fossé est devenu très vite un gouffre abyssal... dû, en grande partie, à une hyper-sensibilité qui me permettait de "capter" très vite la vérité derrière les faux-semblants et les mensonges. Les étiquettes qu'ils ont tentés de me "coller" à la peau m'ont fait tant de mal pendant si longtemps ! Je n'ai commencer à m'accepter telle que je suis que très récemment... et encore ! Le chemin à parcourir, je le sais, ne fait que commencer. 

Ce soir, ma fatigue morale prend de nouveau le dessus... Plus envie ni la force de "justifier" mes moindres faits et gestes, face à des gens qui n'ont de largeur d'esprit que pour nuire. Et je vous encourage vivement à faire de même... vous souffrirez moins de la connerie, pardon ! de la bêtise de certaines tristes personnes.

non justification

 N'ayant pas la prétention, comme eux, de me croire parfaite, j'avance encore sur mon chemin de vie... sans bien savoir où il me conduira. Les doutes m'assailliront sans doute encore, parfois. C'est le jeu de la vie.

J'ai repris le contrôle de la mienne, et je compte bien le garder, n'en déplaise aux c... qui m'ont trop longtemps entourés.

plume vivante

Si l'un d'entre eux, tombant par hasard (mais en sera-ce vraiment un au cas où....) sur ces quelques lignes, se reconnait, je veux qu'il comprenne que plus jamais la bassesse de certaines remarques ne m'atteindra.

Je les remercie de m'avoir fait comprendre, même si c'était par une souffrance imméritée, que la manipulation mentale a ses limites, et que tout un chacun peut, s'il le veut vraiment, guérir de n'importe quelle saloperie qui lui a été infligée. Les psy appellent ça "la résilience". Moi, j'appelle ça l'instinct de survie.

sagesse amérindienne - les 2 loups

Florent Pagny - Ma Liberté De Penser